News header FR.png

Octobre 2022

Les équipes améliorent l’accès des patients à la réadaptation à la suite d’un accident vasculaire cérébral (AVC)

Les membres de l’équipe spécialisée dans les accidents vasculaires cérébraux du CSSK et de l’Hôpital Providence Care ont réduit de 62 % les délais de transfert des patients en réadaptation

Article présenté par Christine Maloney du Centre des sciences de la santé de Kingston

Si les patients nécessitant une réadaptation à la suite d’un AVC peuvent accéder à ces soins le plus tôt possible, leurs issues cliniques seront meilleures, notamment pour ce qui est de récupérer leur indépendance et de réintégrer la société. Avant que les membres de l’équipe d’AVC du Centre des sciences de la santé de Kingston (CSSK) et de l’Hôpital Providence Care (PCH), deux partenaires de l’ÉSO FLA, n’unissent leurs forces en 2019 pour planifier, mettre en œuvre et surveiller un nouveau processus de renvoi rapide vers la réadaptation, les patients victimes d’un AVC dans la région de Kingston passaient des séjours plus longs au CSSK avant d’être transférés au PCH pour la réadaptation.

Dix-huit jours et demi – c’est le délai moyen ou médian que prenait le transfert de tous les patients victimes d’un AVC vers un service de réadaptation pour patients hospitalisés après leur admission au CSSK. L’objectif provincial est de cinq à sept jours, et la médiane provinciale est d’environ huit jours.

En gardant à l’esprit les meilleurs soins pour les patients, l’équipe conjointe a conçu une solution qui a fonctionné pour les deux établissements et réduit à sept jours les délais nécessaires pour l’accès à la réadaptation, et ce, pour environ 50 % de tous les patients en réadaptation à la suite d’un AVC. Ces patients bénéficiant d’un traitement accéléré sont ceux qui peuvent, entre autres, tolérer au moins une heure de thérapie, dont les signes vitaux sont stables et qui ont un plan en place pour leurs problèmes médicaux aigus.

 

Pour tous les patients en réadaptation, y compris ceux dont les besoins sont moins évidents, le délai nécessaire d’accès à la réadaptation a diminué à dix jours.

 

« Cet effort conjugué non seulement a permis d’accélérer l’accès à la réadaptation, mais aussi a favorisé la communication et la collaboration entre nos équipes de soins aigus et de réadaptation post-AVC, ce qui contribuera à nos efforts soutenus pour améliorer la qualité des soins aux patients victimes d’AVC dans la région du sud-est », déclare le Dr Benjamin Ritsma, directeur clinique de la réadaptation post-AVC au PCH.

 

Lors de la planification du nouveau processus de renvoi vers la réadaptation accélérée, l’équipe a noté que l’incidence la plus importante serait de concentrer les efforts d’amélioration sur le délai entre le renvoi et l’acceptation. Cette partie du processus prenait en moyenne trois à cinq jours, alors que l’objectif régional nouvellement fixé était de quatre heures.

Le nouveau processus consistait à remplacer les activités qui prenaient beaucoup de temps – comme l’évaluation des patients au CSSK par le personnel du PCH, ce qui donnait lieu à des synthèses écrites des patients – par un dossier de renvoi amélioré du CSSK qui comprend les renseignements clés nécessaires pour accepter une personne en réadaptation. Ces renseignements auraient été recueillis auparavant lors de l’examen détaillé des dossiers et des évaluations sur place.

 

En transmettant tous les renseignements sur le renvoi et en veillant à ce que les médecins et l’équipe de réadaptation post-AVC du PCH reçoivent l’ensemble du dossier de renvoi, à l’équipe du PCH a pu confirmer simplement que tout a été reçu et d’effectuer un examen pointu. Ce processus lui a également donné plus de temps d’examiner les besoins médicaux des personnes dont elle s’occupera bientôt.

Au cours de la première année de mise en œuvre et de suivi du nouveau processus, l’équipe a pu prendre la décision d’accepter les candidats à la réadaptation simple en moins de quatre heures ouvrables, le délai moyen de prise de décision étant d’une heure et 18 minutes.

« La qualité d’un processus dépend des personnes qui collaborent pour assurer son fonctionnement, déclare le Dr Al Jin, neurologue spécialisé dans les accidents vasculaires cérébraux et directeur médical du Centre régional d’AVC du CSSK. Le Dr Ritsma et les équipes du CSSK et du PCH ont contribué à transférer le flux des patients victimes d’un AVC vers l’unité d’AVC aigu, vers la réadaptation et le retour à la maison. »

Aujourd’hui, le contrôle continu du processus à l’aide des données conjointes sur les renvois à la réadaptation, extraites de l’outil de suivi des renvois du PCH dans son dossier électronique, fournit des indications informatives essentielles aux améliorations futures.

Stroke network article resized.jpg

Plusieurs membres de l’équipe AVC travaillant à améliorer l’accès des patients à la réadaptation post-AVC (de gauche à droite) : Jennifer Holliday, chargée de cas spécialiste des AVC au CSSK; Dr Benjamin Ritsma, directeur clinique de la réadaptation post-AVC au PCH; Jessica Bonney, gestionnaire du flux des patients, accès aux soins et transitions au PCH; Debbie Cooke, spécialiste de l’accès aux soins au PCH; et Anne Dube, chargée de cas spécialiste des AVC au CSSK.

Photo gracieuseté du CSSK.